• En route vers....ou gamberge un jour de "congé-enfant malade"

    Depuis plusieurs années... ( là je me dis à moi même: "quand même je parle en années...), je pense au changement, je gamberge, je fourmille, j'ai envie, je sens que je dois... bref, je sais tout au fond de moi que quelque chose n'a pas encore éclos, je ne suis pas encore moi.

    Cette notion de changement, de développement personnel ne me lâche pas, par période, elle est plus ou moins intense, car ainsi va la vie, la course contre le temps: entre taf, loulous, projets..Je sais que ma route doit aller dans cette direction mais il m'est difficile de me tracer le chemin: j'apprends au fil du temps à m'écouter, à me connaître mais je tourne encore beaucoup autour du pot. Alors je m'interroge, comme souvent: ai-je-peur, si oui mais de quoi!, est ce que je manque de volonté (de ces moments ou je doute de moi et perds confiance), est ce que je mets la barre trop haute?. Pourquoi ce sentiment de manque à combler alors que j'ai la chance d'avoir trois loulous merveilleux, un homme que je trouve courageux et qui sait être là pour moi, un job, un appart, des projets...

    C'est un peu comme-ci, j'avais une clé, mais que je ne parvenais pas ouvrir la porte: trop de chamboulement, de remise en question , d'un équilibre ... je sais que je dois partir à la conquête de ce changement, le vivre enfin comme une belle aventure, je vais avoir 37 ans, il serait temps: et ce n'est pas tout de mettre de grands plans en perspectives car je me connais trop bien: mon énergie de penser, d'entrevoir, d'imaginer... est débordante mais derrière, ensuite, après... quelque chose ne suit pas. 

    Aujourd'hui, je suis en pleine gamberge : j'essaie de comprendre , de trouver le point de départ: est que le fait de brasser tout le temps, pour reprendre les mots de mon homme quand il me voit me disperser dans tous les sens avec une énergie telle... mais au final vaine, ce n'est pas une stratégie mise en place par moi-même pour ne pas entreprendre "pour de vrai".

    Je me sens vieillir, mûrir, pour le moment ( pourtant si angoissée de nature) je n'ai pas peur, je me sens même mieux qu'il y a quelques années; cependant je me dis qu'il faudrait quand même que je parvienne enfin à entrer dans le vif du sujet... pour moi, pour eux, pour lui, pour ne plus avoir ce sentiment de me passer à coté...

    Je me souviens, quand j’étais gosse, j'ai écrit des tas d'histoires " il était une fois": j'adorais ça...

    Il était une fois, une femme, maman, qui décidait de prendre de temps, de s'armer de courage, de bienveillance envers elle même pour partir à la conquête d'elle même,et une fois les clés trouvées, elle oserait enfin ouvrir les portes de la connaissance de son moi...

    Une collègue m'a parlé un jour d'un bouquin, qui faudrait que je lui emprunte :qui parlait de "l'enfant qui est en nous" (voici un lien ) à retrouver, de notre propre créativité: j'ai laissé trop de moi sur la route de ma construction...

     

    voilà, il est temps d'aller chercher grande lolotte à l'école , et oui doudoute malade et grève de cantine pour la grande.. 

    à bientôt, sur cette gamberge...

    « De ces mots à elle...Au fil de mes lectures... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :