• Fragile équilibre....

    Résultat de recherche d'images pour "PHOTO  DE ZEBRES"

    Mai 2017...Non!!!! Déjà.....rien vu de cette année, riche en tout un tas d’événements... joyeux, tristes... chamboulants...

    Une année passée :bien speed, bien trop? je ne sais pas... Notre Tribu, composée de Dad's qui nous a fait une belle frayeur mais tout va mieux, de trois loulous de 8 ans, 6 ans et demi et 5 ans... les deux grands sont donc des petits zèbres , et la dernière....la dernière?... va falloir qu'on se décide à franchir le pas... nécessaire...vu la sonnette d'alarme qu'elle déclenche ces derniers temps....en mode gamberge...

    Ce soir, j'ai beaucoup de mal à me poser.. je tourne.. insatisfaite, épuisée, fragile mais décidée à reprendre les reines... et oui, des soucis cumulés, une maison en rénovation , un rythme intense... j'ai lâché un peu prise.. sur pas mal de choses... par nécessité, pour avancer, par obligation.. parce que le corps nous rappelle à l'ordre...

    Sauf que les ti lous grandissent et pourtant je le sais.... il faut tenir le rythme... et leur rythme, à chacun.

    .. exercice compliqué...qui demande subtilité, diplomatie, courage, dialogue, de tenir le cap à deux...je le dis souvent entre fulgurances, crises...joies, découvertes....

    Sauf que ce soir, j'ai assisté à une cacophonie épuisante au sein de ma tribu... impuissante, dépassée.... nous sommes crevés, travaux oblige-cette maison est un choix, l'envie d’avoir un réel espace de vie adapté, chaleureux- mais il faut le dire le projet est titanesque et c'est sans compter sur la vie qui nous sème des événements imprévu, comme des petits cadeaux mais pas toujours..-

    J'ai observé, le cadre explose.. les limites sans cessent à "redéfinir, leur besoin d'exister en rivalité.. je le sais il y a entre nous un océan d'amour mais là je suis dans la cascade, en perte de maîtrise..."mais l'important , ce n'est pas la chute..."

    Nana grandit, a la bougeotte- de nouveau-, traverse des tonnes d'émotions à la minute, revendique, montre le besoin de se séparer de moi dans la colère (pour sortir de la fusion) mais me reproche  un manque d'attention et refuse de grandir dans certains domaines. Elle m'observe, ma capacité à donner du cadre, négocie,scrute le moindre de mes écarts s'agissant de ce qu'elle perçoit comme inéquitable... Nana tourne, s'ennuie, papillonne... je le sais, elle a fait de son mieux pour vivre son Ce2 sereinement mais ce la ne suffit plus et le verbalise "maman, je tourne en rond en classe".. le violon, le solfège, l'athlétisme...cela ne suffit plus.. et les maux ré apparaissent: tristesse, manque de concentration, maux de ventre .Et moi, ben  je culpabilise parce que cette année pas de PPRE, moins d'enrichissements à la maison... faute de temps...parce que son frère et sa sœur grandissent et réclament eux aussi avec force mon attention, notre attention...parce que je sentais que ça allait mieux...mais pourtant, je le sais...il faut le tenir ce fragile équilibre, ce cadre bienveillant, il faut qu'elle, qu'ils sentent une vraie cohérence, un cadre bienveillant...

    Le CP de Ti lou... compliqué.. Ti Lou est un enfant introverti.. rêveur, perfectionniste et il est compliqué pour lui aussi de suivre dans le cadre d'un  apprentissage basique.. une année à m'entendre dire qu'il est "lent", des mots le soir, des fiches à terminer.. j'ai oscillé entre fermeté et bienveillance, cherchant le juste milieu, la juste mesure... la boule au ventre le matin et le soir... je le sais à fleur de peau..tout à l'intérieur de lui... un sentiment d'impuissance et des solutions à trouver.. autrement.. sur un espace temps limité... 3 heures le soir, le week end..trop peu..alors pour lui aussi.. de l’éveil musical, des cours de dessin..beaucoup , beaucoup de dialogue et là aussi... tenir sur la durée...en cohérence, le rassurer...

    Et puis roudoute... la grande section et comme pour les deux premiers, une classe difficile: depuis plusieurs semaines, elle exprime une anxiété crescendo avec son lots de maux..une vrai perte de confiance.. un besoin d'exister sur un créneau qu'elle cherche.. faire sa place.. des émotions de plus en plus présentes, la peur de rater, de mal faire, de s'endormir, de se lever...des signaux qui nous alertent parce que le film, ce film là se répète avec l'annonce à l'horizon d'un nouveau chemin, le sien..singulier...ne pas nier, entendre.. elle en a pus que besoin..

    Ce soir, j'oscille entre culpabilité, fatigue, motivation, volonté de faire mieux...

    Le haut potentiel, nous le vivons au quotidien..nos enfants ne sont pas des "têtes de classe", qui démontrent un intérêt inébranlable pour les apprentissages: il n'ont pas marché particulièrement tôt, n'apprennent pas de deuxième langue, ne connaissent pas le nom de tous les dinosaures, ne jouent pas aux échecs... non, et ils se montrent même en difficulté dans certains domaines... passage à l'écrit pour l'un, lecture à haute voix pour l'autre...syntaxe pour la tite dernière..

    Pour nous, ce n'est pas ça..Pour les "trois", les premiers signaux se sont exprimés en terme de gestion ou d'éclosion de leurs émotions, à fleur de peau, -déconcertant pour la première-...un regard lucide, intransigeant, en questionnement continuel, sur la vie, son sens, autrui, le monde...    je découvre avec nos loulous la complexité du haut potentiel, je le dis souvent de leur extra dans l’ordinaire... trois enfants, des caractéristiques bien différentes, des traits de caractère bien différents... une grande :bougeotte qui aime la concept de faire, l 'émergence de l'idée et sans détourne aussi vite pour en impulser une autre: d'ailleurs, elle aime les bd, le sprint, la complexité d'un morceau de violon, le découvrir et passer à un autre, des fulgurances perpétuelles qui la dépassent souvent . un loulou :perfectionniste 'jusqu'au boutiste' qui aime décomposer, construire, comprendre comment, les sciences et se passionne à la folie... et doudoutte :qui vit la vie comme une scène, qui dessine en 'fresque, crée et imagine, ré invente sans arret...pour cela, elle a un super pouvoir: la danse

    Trois loulous, des demandes bien différentes.. ce qui marche avec l'un...vous allez me dire comme avec tous les enfants.. oui.. mais avec une mesure d'avance à chaque fois, une intensité de l'instant, du faire, un besoin incessant... des émotions volcaniques...des questionnements continuels...

    Ces derniers temps, Je ne suis pas parvenue à suivre la mélodie.. j'ai cette impression d'avoir jouer faux, trop bas, trop dans les aiguës... je me suis essoufflée... je me suis interrogée.. dans quel juste mesure dois-je prendre en compte leur singularité, en eux, permanente... quand prendre du recul, -ce sont des enfants avec des besoins d'enfants de leur âge- et quand bien prendre en compte: composer avec la dyssynchronie, l’hyperesthésie, leur émotivité, l'école...sur ce dernier axe, il est épuisant d'avoir à reconstruire en permanence, au gré des instits, à l'écoute ou pas..... fragile équilibre..oui..de découvertes en réajustement.. impression d’être tout le temps sur un fil.. avec chacun d'entre eux...

    j'ai imaginé ne plus travailler pour pouvoir être disponible, être en capacité d'enrichir avec eux, d’être là, à la sortie de l'école, pour goûter, découvrir avec eux et répondre plus spécifiquement à leur besoin..d'autres fois, je me suis mise à gamberger à une toute autre organisation, plus sereine.. la maison c'est aussi pour cela... un potager, de l'espace, un chat, une salle de jeux avec un coin activités-découvertes...

    J'ai du et je cherche encore comment répondre au plus juste : je me souviens des mots du psy "prendre en compte leur singularité sans en faire des enfants exceptionnels": cette juste alchimie n'est pas si simple..sachant qu'il y a cette rencontre entre leur moi propre, leur singularité et l'acquis, autrui, la famille,les codes...

    et un , puis deux, puis peut être trois ti zèbres...trois funambules de la vie... qui m'apprennent à ré inventer la mienne, à puiser dans ma créativité du fait de la richesse de la leur..

    ps: ti lou ne semble pas avoir été pris en classe musical... à priori à cause de sa lenteur en classe... et moi qui sait que sa lenteur est aussi l'expression de son ennui dans les apprentissages basiques.. je sais son perfectionnisme... je sais que cette classe comme pour sa grande sœur pouvait être une bouée de sauvetage... une redite puisqu'elle- même avait du faire un an de conservatoire pour montrer sa capacité à se mobiliser... je le sais... c'est un concours pour lequel les enfants doivent répondre à la commande... la même pour tous... pourtant au fond de moi... je le sais, il ne répondra jamais réellement à la commande...il est ravagé aujourd'hui parce qu'il a fourni tant d'efforts, pratique le violon en initiation, le sort tous les soirs... voilà... un exemple de toute la difficulté pour nos enfants...et du dialogue avec certains instits...on dédramatise, "ne pas prendre un chemin , c'est en prendre un autre.." mais je suis un peu triste aujourd'hui, je touche une nouvelle fois concrètement les épreuves à venir...nous en serons d'autant plus forts et riches, une promesse..

    « Ma tribu... une famille "Zin Zin Moretto"
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :